Thales au salon du Bourget
Space

Imaginez un Monde sans satellite d'Observation de la Terre

En cours de lecture : Imaginez un Monde sans satellite d'Observation de la Terre
Article suivant Connectivité intelligente pour l'aéronautique de défense Article précédent Connectivité de bout en bout par satellite grâce à la bande...

Comment vivrions-nous dans un monde dépourvu de satellites et systèmes d'observation de la Terre ?

Quels seraient les impacts sur nos vies quotidiennes ?

Pas de satellite, pas de système de reconnaissance :

Comment assurer la souveraineté des Etats sans système d’Observation de reconnaissance ?

Collecte de renseignements, surveillance maritime, cartographie, gestion de crises… L’Espace permet aux utilisateurs, les Etats en particulier, d’avoir accès à de nombreuses applications en terme de surveillance, garantissant ainsi à la fois leur sécurité et leur souveraineté.  De plus en plus de pays ont manifesté leur intérêt quant à l’acquisition de systèmes spatiaux capables de fournir de manière autonome des images de renseignement très précises. En capitalisant sur une expertise de plus de 30 ans, Thales Alenia Space propose une offre d’Observation complète (optique, radar et segment sol utilisateur) répondant aux attentes confirmées du marché en la matière.


Destiné à des applications opérationnelles telles que la surveillance, l’agriculture, l’urbanisme, la gestion des risques et des catastrophes naturelles, le nouveau système d’Observation Optique de Thales Alenia Space fournit de la Très Haute Résolution, adaptée aux attentes des marchés civils et militaires, grâce à la séparation des données et l’allocation des priorités.

Le fabricant de satellites européen propose une solution satellitaire extrêmement complète et flexible : le nouveau système d’Observation Optique de Thales Alenia Space de haute performance, et le système d’Observation Radar basé sur le système d’antenne active radar à synthèse d’ouverture (SAR). Cette solution adresse parfaitement les missions à vocation duales, lorsque des applications à la fois civiles et de défense sont attendues par les utilisateurs.

Pas de satellite, pas de météo

Vous partez en vacances prochainement et vous aimeriez connaître le temps qu’il fera dans 3 jours. Sans satellite, à moins d’avoir recours à une boule de cristal ou être apparenté à Nostradamus, impossible de prédire le temps qu’il fera dans les prochains jours !  Grâce à la technologie Meteosat, la météorologie européenne a gagné en précision de décades en décades. Avec la première génération Meteosat, la réactualisation des images météo se faisait toutes les 30 minutes contre 15 minutes pour la seconde génération. Avec MTG (Meteosat Third Generation), la réactualisation des images aura lieu toutes les 10 minutes, [voire toutes les 2 minutes 30 à l’échelle de l’Europe], rendant les prévisions météorologiques de plus en plus fiables grâce à l’emport de sondeurs atmosphériques en complément des images fournies. L’intégralité des satellites météorologiques géostationnaires européens ont été réalisés sous maîtrise d’œuvre Thales Alenia Space.

Pas de préservation de l’environnement sans satellite !


Difficile de vous parler de satellites sans aborder la surveillance de l’environnement. Car oui, les données des  satellites constituent un outil essentiel à la surveillance de l’environnement. Par exemple, l’association des satellites Sentinel (-1 et 3) [tous réalisés par Thales Alenia Space]  a permis de surveiller, avec bienveillance, les skippers du Vendée Globe en 2016. En outre, c’est grâce aux altimètres Jason, opérationnels depuis plus de 20 ans, également fabriqués par Thales Alenia Space, que le Groupement International d’Experts du Climat (GIEC) peut démontrer l’élévation continue du niveau des océans.

 

L’Italie a été frappée l’an dernier par de nombreuses secousses sismiques et ce, à plusieurs reprises. En réponse à une demande des autorités italiennes, les services de gestion d’urgences [Emergency Management Services] du programme européen Copernicus avaient été activés en vue d’évaluer les dommages occasionnés. Les satellites Sentinel-1 et COSMO-SkyMed avaient été réquisitionnés en urgence, pour fournir des images détaillées des zones endommagées par les différents séismes. Equipés tous deux de radars à synthèse d’ouverture (SAR), les satellites offraient l’avantage de «voir» à travers les nuages, de jour comme de nuit et quelles que soient les conditions météorologiques. Ils avaient pu à ce titre mesurer les mouvements du sol au centimètre près.

Inondations, tremblements de terre, incendies, éruptions volcaniques, n’oublions pas que, dans le cadre de catastrophes naturelles extrêmes, les moyens de communications terrestres sont coupés. Le recours au satellite est alors indispensable !

Copernicus et la valse des Sentinel

Les « Sentinel », développés pour le compte de l'ESA dans le cadre du programme Copernicus de l’Union Européenne, représentent une composante de première importance en matière de surveillance de l’environnement en Europe. La famille des “Sentinel” est composée de six séries de satellites ou d’instruments : Sentinel-1 vise à assurer la continuité des données radar d’ERS et d’Envisat tandis que Sentinel-2 et -3 sont dédiés à la surveillance des terres et des océans. Les instruments Sentinel-4 et -5 seront destinés à des missions de météorologie et de climatologie. Sentinel-6 assurera la continuité opérationnelle des missions altimétriques de Jason. Thales Alenia Space est un acteur de premier plan de cet ambitieux programme de gestion de l’environnement  en étant maître d’œuvre des familles de satellites Sentinel -1 et -3 (4 satellites par famille), responsable du segment sol Image de Sentinel-2 et en réalisant les altimètres radar Poseidon-4 de la mission Jason-CS/Sentinel-6…

Toujours partant pour un vivre dans un monde « satellite free » ?

Space 15 juin 2017
2 / 7

Avertissement sur les cookies

Thales utilise des cookies et technologies similaires sur ses sites Internet. En continuant votre navigation, vous acceptez tacitement cette utilisation.

En savoir plus